Infos: 2e Edition du Marché du Bien-Etre et de la Santé au Togo (MaBEST) suite à un report aura finalement lieu du 4-8 juillet 2018 à Lomé. +++ +++ Le « Marché du Bien-être et de la Santé du Togo (MaBEST) » est une initiative de SANTE-EDUCATION qui répond aux recommandations internationales en matière de promotion de la santé par une alimentation riche et saine. Il cadre parfaitement avec les Objectifs du Développement Durable (ODD) votés par les Nations Unies en septembre 2015, surtout en ses points 2, 3, et 12 qui stipulent : +++ +++ Objectif 2 : Eradiquer la faim, réaliser la sécurité alimentaire, une nutrition améliorée et promouvoir une agriculture durable +++ Objectif 3 : Assurer la bonne santé et promouvoir le bien-être pour tous et à tous les âges +++ Objectif 12 : Assurer des modes de consommation et de production durables +++ +++ +++ Abonnez-vous à Santé-Education à 16.000 F CFA/an et recevez les journaux chez vous pendant 12 mois +++ +++ Lire SANTE-EDUCATION, Pour vivre en meilleure santé. Pour être mieux dans sa peau. Pour mieux vieillir. Pour vivre plus longtemps. +++ +++ SANTE-EDUCATION 22 39 28 70/ 90 05 09 89

Vous êtes ici : AccueilLa UneHypertension artérielle : la maladie des artères qui paralyse l’organisme

Hypertension artérielle : la maladie des artères qui paralyse l’organisme

L’hypertension artérielle ou HTA correspond à une pression artérielle trop élevée. Plus précisément, une tension est donc considérée comme normale si la pression artérielle systolique est inférieure à 140 millimètres de mercure (Hg) et si la pression artérielle diastolique est inférieure à 90 millimètre de Hg. La pression artérielle systolique correspond à la pression du sang au moment où le cœur se contracte (systole) et propulse le sang dans les artères et vers les poumons à partir de l’aorte et de l’artère pulmonaire.

La pression artérielle diastolique correspond à la pression du sang au moment où les cavités ventriculaires se dilatent (diastole) pour recevoir le sang arrivant dans les oreillettes par les veines caves et les veines pulmonaires.

La pression artérielle est la pression exercée par le sang contre les parois des artères. Lorsque cette pression est trop importante, les artères vieillissent plus vite, le cœur est davantage sollicité et se fatigue.  C’est pourquoi, l’hypertension qui n’est pas à proprement parler une maladie, est un facteur de risque très préoccupant.

L’hypertension artérielle : causes et facteurs de risque

L’hypertension est le plus souvent la conséquence d’un grand nombre de causes additives. En dehors de l’âge, avec lequel la pression artérielle s’élève, on peut noter les facteurs suivants :

Le stress

Le stress, en phase d’alarme ou de stress aigü, peut augmenter la  fréquence cardiaque et la  tension artérielle. Un stress qui sévit sans relâche met les artères sous tension et les endommage. Il est important d’apprendre à gérer notre stress et nos émotions.

Le tabagisme

Le tabac favorise la formation de plaques dans les parois de vos vaisseaux sanguins. Le cœur reçoit moins d’oxygène, la tension artérielle monte et le rythme cardiaque s’accélère, éléments favorisant les cardiopathies et les crises cardiaques.

Le surpoids

L’obésité accroît les risques d’hypertension. Le surpoids et l’obésité sont responsables de l’hypertension entre 11 et 25 % de cas. On considère un surpoids lorsque votre tour de taille est supérieur à 90 cm chez la femme (en dehors de la grossesse) et à 100 cm chez l’homme.

La sédentarité

L’absence de mouvement ou d’exercice physique reste l’un des facteurs favorables de l’augmentation de la tension. Entre 5 et 13 % de cas, une faible activité physique peut conduire à l’hypertension artérielle.

L’hérédité

Les risques d’hypertension sont nettement accrus par l’hérédité. Selon les estimations, lagénétique est présente dans 30% des cas. Si un membre de votre famille a déjà souffert d’hypertension, vous pourriez en souffrir aussi.

L’alimentation

Une alimentation trop grasse ou trop riche en sel peut accroître votre risque d’hypertension. Attention aux aliments comme : beurre, charcuteries, crème, fromage, graisses animales, fritures et sucreries, boissons alcoolisées ou excitantes (café, thé noir, boissons à base de cola).

Quelques symptômes de l’hypertension

Les symptômes de l’hypertension artérielle sont en général peu spécifiques. Le patient hypertendu ne ressent pratiquement rien si son hypertension reste stable et peu sévère dans le temps. Ce n’est qu’au cours de poussées hypertensives que le patient peut ressentir des symptômes comme des céphalées (maux de tête souvent le matin), des nausées ou vomissements, des troubles de la vue tels qu’une «sensation de mouches volantes», des bourdonnements d’oreille, des vertiges. Il peut également présenter des saignements de nez. Mais, le seul moyen de s’assurer si on est hypertendu est de faire le contrôle de la tension artérielle par un médecin.

« L’Hypertension est en forte hausse dans le monde selon les dernières statistiques de l’OMS »

L’hypertension artérielle constitue l’un des problèmes majeurs de santé publique. On dénombre plus de 9 millions de décès par an dans le monde. C’est une affection diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé et responsable de près de la moitié des décès par Accident Vasculaire Cérébral.

Pour la première fois, le rapport  2012 de Statistiques Sanitaires de l’Organisation Mondiale de la Santé comporte des informations en provenance de 194 pays concernant le pourcentage d’hommes et de femmes atteints d’hypertension. Selon ce rapport, un adulte sur trois dans le monde souffre de l’hypertension artérielle. En Afrique, plus de 40% des adultes de nombreux pays seraient hypertendus, la plupart ne seraient pas diagnostiqués.

Dans les pays à revenu élevé, la généralisation du diagnostic et du traitement a permis de réduire sensiblement la tension artérielle moyenne de la population.

En Afrique, toutefois, plus de 40% (et jusqu’à 50%) des adultes de nombreux pays seraient hypertendus. La plupart de ces personnes ne sont pas diagnostiquées, alors qu’un grand nombre pourrait être traité au moyen de médicaments peu coûteux, ce qui réduirait sensiblement le risque de décès et d’incapacités dus aux cardiopathies et aux Accidents Vasculaires Cérébraux.

«Ce rapport est une nouvelle preuve de l’augmentation spectaculaire des affections qui déclenchent des maladies chroniques, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.», a déclaré le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS.

 

Rechercher

Connexion



JSN Nuru template designed by JoomlaShine.com