Appendicite : symptômes et traitement

Image

by Dzakpata Raymond 16 Jul 2021 0 commentaires 80 Vues

Chaque trimestre, presque deux cas (02) cas d’appendicite sont pris en charge au CHU Sylvanus Olympio. Cette pathologie peut survenir à tous les âges. On estime souvent que l’appendicite est causée par les graines de goyave, ou du piment. Faux. Qu’est-ce que c’est concrètement l’appendicite ? Quels sont les symptômes ? Quel traitement ?

L’appendice est un petit tube vermiforme en saillie du gros intestin près du point de jonction avec l’intestin grêle. Il est situé dans la partie inférieure droite de l’abdomen. « On parle d’appendicite aigue lorsqu’il y a une inflammation soudaine de l’appendice. Il s’agit d’une urgence médico-chirurgicale. Elle se révèle comme par une douleur brutale du dans la partie inférieure droite appelée fosse iliaque droite », définit Prof Jean-Pierre Gnassingbé, Chirurgien Pédiatre, Chef du service de chirurgie pédiatrique du CHU Sylvanus Olympio.

Où se localise l’appendicite ?

La crise typique d’appendicite commence par « des douleurs abdominales, le plus souvent situées au niveau de la partie inférieure droite de l’abdomen. C’est en effet dans cette région de l’abdomen que se loge l’appendice chez la plupart des gens », explique Prof Jean-Pierre Gnassingbé, Chirurgien Pédiatre.

Quels sont les symptômes d’alerte ?

« L’appendicite se caractérise par des douleurs abdominales vives, continues et progressives. Le siège de ces douleurs au début peut varier, vers le milieu de l’abdomen, dans la région du nombril. Mais quelques heures après, ces douleurs se déplacent vers la partie inférieure droite de l’abdomen. Ces douleurs sont accompagnées de nausée, c’est-à-dire une envie de vomir, de vomissements, une perte d’appétit et de fièvre avoisinant les 38,5°C. Chez la femme, d’autres affections peuvent simuler une appendicite aigue», souligne Prof Jean-Pierre Gnassingbé.

Quelles sont les causes ?

Cette inflammation survient à la suite « d’une obstruction de la lumière de l’appendice, le plus souvent par fragment de selle durcie appelé stercolithe, entrainant une inflammation de l’organe. Chez l’enfant, elle est secondaire à une inflammation ou enflure des tissus lymphatiques situés dans la paroi de l’appendice », explique le chirurgien pédiatre. Comme l’on peut le constater, « on ne peut pas prévenir une appendicite aigue. Tout le monde peut faire une appendicite. Il y a les gens qui parlent de graines de goyave, piments. Tout ceci n’en est de rien », poursuit le spécialiste.  Il est impossible de prédire à quel moment la crise va survenir.

Comment pose-t-on le diagnostic d’une appendicite ?

Plusieurs outils sont aujourd’hui à la disposition des médecins pour confirmer ou infirmer une suspicion d’appendicite. « Il faut réaliser l’examen de l’abdomen. On peut demander une échographie abdominale qui peut confirmer le diagnostic. Parfois en cas de difficulté diagnostique on peut demander un scanner abdominal, un examen qui combine des rayons X à des supports informatiques ce qui permet de construire les images dans différentes dimensions », indique Prof Gnassingbé.

Traitement de l’appendicite

Pour traiter une crise d’appendicite, il faut procéder à une opération qu’on appelle appendicectomie, autrement dit une ablation de l’appendice malade. D’après le Chef du service de chirurgie pédiatrique du CHU Sylvanus Olympio, « on distingue deux méthodes pour accéder à l’appendice et l’enlever : La première consiste à ouvrir l’abdomen dans la partie inférieure droite qu’on appelle la laparotomie. La deuxième consiste à faire de très petites incisions sur l’abdomen et à introduire des pinces pour enlever l’appendice malade sous contrôle scopique. Il s’agit de la chirurgie laparoscopique. Après l’ablation de l’appendice malade, le chirurgien prescrit des antibiotiques au malade ».

Si l’appendicite n’est pas soignée tôt, elle va évoluer vers des complications comme une péritonite qui est une inflammation du péritoine, une fine membrane qui tapisse les organes présents dans l’abdomen. Cette péritonite peut être localisée dans la partie inférieure droite ou se généraliser à tout l’abdomen.

Raymond DZAKPATA

Laissez un commentaire

Connectez-vous :




slider-image

Le nep nep : plus de plaisir sexuel dans le couple

12 Oct 2020

Le nep-nep est très prisé dans l’entretien de l’appareil génital de la femme et très efficace contre les démangeaisons vaginales et les pertes blanches anormales. C'est un véritable allié de la femme.

Gongoli : la plante qui booste l’orgasme féminin

19 Oct 2020

Le Gongoli stimule le désir, la frigidité, remédie à la sécheresse vaginale. Il aide à lubrifier naturellement le vagin pendant le rapport sexuel et donne une bonne odeur aux sécrétions vaginales.

Interview du Pr Patrice Komi Balo, Ophtalmologue sur la cataracte

30 Jul 2021

La cécité est la complication majeure lorsque la cataracte n’est pas prise en charge rapidement ou opérée...

Le gingembre contre le mal des transports

29 Jul 2021

Nausées, vertiges, sueurs froides… On ne supporte plus les longs trajets à cause du mal des transports ? Utiliser du gingembre pour soigner ce trouble peu agréable pourrait être la solution...

TAGS