S’assurer de la qualité de l’eau de forage ou de puits

Image

by Tsonyadzi Gadiel 10 Jul 2020 0 commentaires 49 Vues

Au Togo, une partie importante de la population n’a pas accès au réseau d’adduction d’eau potable et se replie sur l’utilisation de l’eau de puits ou de forage. Or cette eau n’est pas toujours sûre. Selon les estimations, l’eau de boisson contaminée est à l’origine de 485 de décès par diarrhée chaque année. L’eau contaminée peut transmettre des maladies comme la diarrhée, la dysenterie, le choléra, la fièvre typhoïde et la poliomyélite. Pour l’utiliser comme eau potable pour la consommation ou à la cuisine, il est indispensable de prendre des mesures.

En 2015 une campagne d’analyse des eaux de forage réalisée par le laboratoire de chimie de l’eau de l’université de Lomé dans le cadre du projet de Réduction des Risques Environnementaux et Sanitaires liés à l’Activité des vendeurs d’Eau de Forage dans le Grand-Lomé (PRRESAF) qui a porté sur 101 forages à Lomé en donne une idée. L’analyse microbiologique a révélé que 50 forages sur 101 ont leur eau contaminée. En 2016 suite à la deuxième campagne ; le PRRESAF a déconseillé l’eau de forage dans Lomé-Commune aux femmes et nourrissons. Une recommandation que le projet a inscrite dans son rapport partiel qui confirmait les tendances de la première campagne d’analyse.

La plupart des puits ou forages construits par les ménages ne sont profonds que de quelques mètres. Ils sont donc exposés à la pollution par les activités humaines.  Des eaux usées à proximité, un tas de fumier, des pesticides, un petit souci suffit pour rendre l’eau de forage ou de puits impropre à la consommation ou même pour des usages comme la douche ou le brossage des dents.


A Adakpamé, un quartier de Lomé-Commune, 102 ménages sur 163 ont leurs latrines à moins de 15 mètres de leur source d’eau, selon les études publiées dans « International Journal of Biological and Chemical Sciences » par des chercheurs de l’université de Lomé et de Laval sur les risques sanitaires liés aux sources d’eau de boisson dans le district N°2 de Lomé-Commune. La première mesure pour maximiser les chances d’avoir une eau de puits ou de forage est de maintenir une distance raisonnable entre les potentielles sources de pollutions comme le puisard et la source d’eau.

 

Une eau de forage ou de puits contaminée peut rendre malade

 

L’eau non contrôlée doit être considérée comme non potable. La consommation d’une telle eau expose à des risques de santé s’il s’avère que cette eau est contaminée. En consommant de l’eau de forage et de puits non contrôlée on peut ingérer des bactéries qui peuvent provoquer une gastro-entérite ou d’autres infections gastro-intestinales.

A long terme des petites quantités de substances toxiques comme le nitrate, le fluor ou l’arsenic qui peuvent se retrouver dans une eau non potable peuvent rendre malade.

 

Les enfants sont plus exposés

 

Si on veut vraiment boire l’eau du puits, prendre les mesures qui s’imposent. Ne jamais utiliser l’eau du puits ou de forage si on remarque quelque chose d’inhabituel comme un changement d’odeur, de couleur, de goût, une eau trouble. Pour se prémunir la meilleure solution reste le contrôle de l’eau de forage à intervalle raisonnable.

 

L'importance des contrôles de l’eau de puits ou de forage

 

Même si elle est claire, a une odeur normale et un bon goût, l’eau peut être contaminée par des bactéries ou des produits chimiques. Réaliser au moins l’analyse microbiologique et physicochimique de l’eau s’avère indispensable.  L’analyse microbiologique sert à vérifier la qualité sanitaire ou hygiénique de l’eau avant consommation. Elle cherche à déceler des traces de contaminations notamment par les matières fécales, les bactéries pathogènes et vérifier l’odeur, le goût, la saveur de l’eau. L’analyse physicochimique sert à déceler la présence de certaines substances dangereuses pour la santé comme les métaux lourds (cuivre, plomb). Elle permet aussi de vérifier le PH de l’eau et d’autres paramètres de pollution.

On peut demander un contrôle à l’Institut National d’Hygiène (INH) ou à l’Université de Lomé pour s’assurer de la composition microbiologique et physico-chimique de l’eau.

 

Gestes à adopter pour purifier l’eau

Que ce soit l’eau de puits ou de forage on peut faire une purification chez soi à défaut d’un contrôle par un laboratoire certifié. La méthode la plus répandue dans reste la chloration de l’eau. Toutefois d’autres méthodes efficaces permettent de rendre l’eau potable comme la filtration sur tissu, la méthode des trois récipients et bien plus encore.


 Mignake Zabdiel

 

Laissez un commentaire

Connectez-vous :




slider-image

L’oignon contre l’asthme bronchique et les affections respiratoires

25 Mar 2020

Toutes les infections des voies respiratoires, de la sinusite à la bronchite et la pneumonie, s’améliorent grâce à la consommation d’oignon. Les effets bénéfiques de l'oignon...

Plantes médicinales locales contre la Covid-19

14 May 2020

Il existe des recettes maison qui contribuent à renforcer le système immunitaire. Santé-Education a toujours publié des articles qui recommandent des recettes, des astuces et pratiques

Dépistage des lésions précancéreuses : Interview du Dr Bingo Mbortché

04 Aug 2020

La cause principale du cancer du col de l’utérus est une infection persistante par un virus qui se transmet par voie sexuelle, appelé le papillomavirus humain. Le Dr Mbortché nous en parle.

Mis à échelle avec l’ATBEF du dépistage des lésions précancéreuses du col de l'utérus au Togo

04 Aug 2020

La phase II du projet de dépistage et de prise en charge des lésions précancéreuses du col de l'utérus est enclenchée au Togo. 50000 femmes seront sensibilisées sur le cancer du col de l'utérus.

TAGS

,