Pain au bromate : attention danger

Image

by Dzakpata Raymond 16 Jul 2021 0 commentaires 507 Vues

Le 13 juillet 2019, le gouvernement togolais a annoncé l'interdiction de l'importation, la commercialisation et l'utilisation du bromate de potassium « B via » sur l'ensemble du territoire national. Il s’agit d’un additif alimentaire utilisé par plus de 90% des boulangers et pâtissiers dans la fabrication du pain sucré ou salé, du Sakomi ou du bon pain. D’après le gouvernement, le bromate de potassium, un vrai « tueur silencieux » est très cancérigène et dangereux pour la santé humaine. Malgré l’interdiction par un arrêté interministériel, la psychose autour du pain au bromate ne faiblit pas. Si le produit n’est pas un « améliorant », pourquoi continue-t-on d’en faire usage tout en reconnaissant quand même sa nocivité ? Comment cet additif alimentaire peut-il être nocif à la santé du consommateur ? Y a-t-il d’autres améliorants de panification pour remplacer le bromate de potassium ? Comment décourager l’utilisation par les boulangers ?

Le pain et ses dérivés font partie de tout menu de la ration alimentaire quotidienne de chaque Togolais. Par conséquent, les produits entrant dans la fabrication du pain et ses dérivés doivent être sélectionnés minutieusement afin de préserver la santé du consommateur. « Malheureusement dans le secteur de la boulangerie au Togo, les améliorants de panification utilisés contiennent du bromate de potassium, un produit cancérigène et dangereux pour la santé humaine. Ainsi au cours de cette année 2019 l’Etat togolais a pris un arrêté dans ce sens. Il s’agit de l’arrêté interministériel N°098/2019/MSHP/MCIDSPPCL/MSCPH du 13 juillet 2019 qui stipule que l’importation, la commercialisation et l’utilisation des améliorants alimentaires à base de bromate sont interdites au Togo », lit-on dans une déclaration liminaire de la société Comptoir Groupe lors d’une conférence de presse tenue le 24 octobre 2019 à l’hôtel 2 février.

Composition du bromate de potassium

Le bromate de potassium se présente sous la forme d’une poudre cristalline blanche. Il se décompose vers 370°C avec émission de dioxygène. Le bromate de potassium est relativement soluble dans l’eau mais pas du tout dans les alcools. Le bromate de potassium est un oxydant puissant, bien plus que les chlorates. Il reste partiellement actif en solution aqueuse, et la présence de chlorates le rend encore plus toxique et cancérigène. « Au fait ce n’est pas un produit alimentaire mais on l’utilise dans les cosmétiques, également en laboratoire pour certaines analyses pour corriger quelques défauts et on s’est rendu compte que des gens s’en sont approprié pour faire une promotion dans la fabrication des pains et ses dérivés », explique M. Martin Kokou Aziato, Ingénieur agronome, Chef Section Technologie Alimentaire à l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA).

 

Pourquoi continue-t-on d’utiliser cet additif ?

Cet additif alimentaire dont le prix varie entre 3000 et 4000 F CFA la boîte de 250 comprimés, est généralement utilisé par les boulangers pour rendre le pain plus volumineux et lui donner un aspect croustillant. Le bromate de potassium est un composé chimique inorganique dangereux utilisé pour raffermir la pâte et rendre le pain plus attrayant et plus gros. Avec une boîte de ce produit, les boulangers peuvent lever près de 200 sacs de 50kg de farine de blé et donc couper plus de pains pour augmenter leurs revenus.  Mlle Akoélé, boulangère au quartier Totsi à Lomé confie : « sans le produit « B via », je ne peux pas fabriquer du pain. Je ne peux pas m’en passer. Sans « B via », le travail est vain, la pâte ne sera pas levée. Ce produit est indispensable pour moi dans la fabrication du pain. Le pain est ainsi bien ferme, volumineux et bon à manger ».

« J’ai perdu des clients depuis cette alerte sur le bromate. Et j’ai utilisé un autre produit. Mais je n’ai pas eu les mêmes résultats.  Ça été un coup dur pour moi. Mes revenus ont chuté considérablement », a témoigné un boulanger rencontré dans le quartier Adidogomé.

« Malgré les appels et sensibilisations des boulangers sur les dangers que représentent le Bromate de potassium, certains, par cupidité ou ignorance continuent d’en faire usage sachant qu’il est nocif pour la santé. On cherche à prospérer au détriment de la santé et de la sécurité des consommateurs », relève M. Emmanuel Sogadji, Président de la Ligue Togolaise des Consommateurs (LTC).

Le souci c’est qu’il y a certains qui ont pris conscience et ont renoncé à l’usage du de « B via », mais « d’autres, compte tenu du coût des autres produits qui sont disponibles et du manque de technologie appropriée pour utiliser ces nouveaux produits, ils se contentent encore du bromate de potassium. Ils n’ont pas la main pour l’usage de ces produits et sont toujours dans l’ancien système. Comme c’est leur gagne-pain quotidien, ils veulent coûte que coûte produire, vendre et puis nourrir les bouches qui sont à leur disposition », martèle M. Martial Kokou Aziato.

Des risques notoires sur la santé 

Le bromate de potassium est un oxydant puissant. C’est un poison lent. C’est un produit dont l’effet survient des années après. 10 voire 20 ans après, des cas de cancers sont constatés. A en croire Martin Aziato, Chef Section Technologie Alimentaire à l’ITRA, « en consommant les produits à base du bromate de potassium, il y aura une dégradation progressive de l’état de santé du consommateur qui va se manifester par l’apparition de certains problèmes de nerfs, courbatures et au finish, cela va aboutir à la formation des cellules malignes ou cancérigènes.  C’est l’apparition de ces tumeurs qui entrainent irréversiblement la mort du patient».

« La réalité est que ce produit dangereux détruit la santé des populations. Ce n’est pas un produit dont l’effet est simultané. Dans une dizaine d’années après, les consommateurs constatent des cas de cancer qui apparaissent. Nous sommes tous exposés aux risques de ce produit. Même les fabricants du pain. Parce qu’en touchant ces comprimés dangereux, ils sont ceux qui meurent très vite d’ailleurs, ceci dans l’ignorance. La majorité ne le sait pas», a renchéri Dr Abdoulatif Diallo, Chercheur en toxicologie à l’Université de Lomé.

Ce produit chimique peut causer diverses affections, dont des douleurs abdominales, la diarrhée et des nausées, l’insuffisance rénale, hypotension, de la surdité, des vertiges ou abîmer les reins.  « Aujourd’hui quand vous mangez certains pains, déjà demain matin vous êtes constipé, vous avez des douleurs abdominales. C’est difficile pour vous d’aller au WC et faire la selle», avoue M.  Koffitsè, 31 ans, Menuiser à Adidogomé.

« En quantité élevée, le bromate n’est pas complètement détruit et ses résidus peuvent se retrouver dans le pain produit. De plus, l’usage répétitif du produit sur le long terme peut avoir des effets délétères. Cette substance a des effets néfastes sur le système immunitaire et est génotoxique, d’où le lien avec le cancer », précise Dr Abdoulatif Diallo, Chercheur en toxicologie à l’Université de Lomé.

Tout comme les consommateurs, les boulangers et pâtissiers sont aussi exposés aux effets négatifs de ce produit sur la santé, des cas de décès et d’intoxication. Plusieurs autres produits « nuisibles » à la santé et utilisés dans la fabrication du pain à l’instar du «jaune orangé Sunset» (E 110), ont été signalés. Ce produit est utilisé pour colorer le pain afin de tromper la vigilance des consommateurs et leur faire croire que c’est du pain de soja.



Renforcer les contrôles dans les boulangeries

La Ligue Togolaise des Consommateurs (LTC) a du reste initié début août, une série de descentes inopinées dans les boulangeries de Lomé, en vue de s’assurer du respect effectif de l’interdiction prononcée en juillet dernier. Il s’agit de « traquer» les boulangers qui ne se conforment pas à la réglementation afin de les traduire devant la justice. « Toute personne reconnue coupable d'avoir violé le nouveau décret est passible d'une amende de 10 000 à 500 000 FCFA. De plus, des inspections inopinées seront menées par les services compétents pour s'assurer le respect de la décision », informe l'arrêté gouvernemental.

Tata Amétonyénou, Directeur exécutif de l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (OADEL) préconise, pour sa part, un contrôle « musclé » aux frontières et « rigoureux » dans les boulangeries pour assurer le respect de l’interdiction. Par ailleurs, la majeure partie des améliorants disponibles sur le marché ne sont pas contrôlés par les autorités. Ce qui fait  qu’on ne maitrise pas effectivement leur contenu, leur provenance. Cela constitue aussi un risque pour le consommateur.

Renforcer la sensibilisation

« Je sais qu’on a interdit le « B via » sur le marché. On dit que cela cause le cancer. Moi depuis plus de deux ans que j’utilise ce produit je n’ai jamais eu aucun problème de santé. « B via » est l’améliorant qui nous profite. Mais depuis, là je ne suis pas au courant qu’il y a une autre formule efficace pour remplacer « B via  », assure Mlle Akoélé. Voici l’une des raisons majeures qui doit pousser à renforcer la sensibilisation sur le territoire national. Y a-t-il un manque de communication et d’information à l’endroit des boulangers ? Les boulangers prennent-ils réellement conscience des dangers du bromate de potassium ?  On doit tout faire pour les sensibiliser et conscientiser ou les orienter vers les contrôles qualité des produits. Mener des sensibilisations pour que tout le monde prenne conscience afin d’utiliser à la place de ce produit, des améliorants recommandés et par-dessus garantir la santé des consommateurs. Et, souligne l’ingénieur agronome, Kokou Aziato,  « ces sensibilisations et formations doivent être organisées. On demande aussi aux spécialistes dans le domaine, de présenter aux boulangers les dangers, de leur faire des démonstrations. On doit revoir leur formation professionnelle. Il faut aller de façon concrète et pratique ».

Trouver une autre alternative

Il y a d’autres améliorants qui remplacent valablement le bromate de potassium. Donc, les boulangères ne doivent plus avoir une quelconque raison d’utiliser le bromate et de continuer par « assassiner » les consommateurs. Pour produire un bon pain, il faut des améliorants qui contiennent de l’acide ascorbique de la vitamine C.

Pour Martin Aziato, l’interdiction du bromate de potassium n’est pas une mesure suffisante pour en décourager l’utilisation par les boulangers. « Il faut promouvoir les solutions alternatives comme les produits dérivés à base de vitamine C qui existent sur le marché, ou développer des produits à un coût abordable pour les boulangers. Pour faire du pain, l’acide ascorbique peut remplacer valablement le bromate de potassium et donner les mêmes résultats», propose-t-il. Certains esprits éveillés conseillent l’utilisation de « Sweet Bread », un autre produit indispensable à la bonne fabrication des pains mais beaucoup moins nuisible que le bromate.

L’une des mesures « efficaces » que propose OADEL est « l’incorporation des farines panifiables dans la fabrication des pains.  Nous travaillons essentiellement sur la farine du sorgho et du soja. Et nous travaillons avec les boulangères jusqu’à ce qu’elles incorporent 15% de farine de soja », a rappelé Tata Ametonyenou, Directeur exécutif de l’OADEL.

Abel OZIH

Laissez un commentaire

Connectez-vous :




slider-image

Le nep nep : plus de plaisir sexuel dans le couple

12 Oct 2020

Le nep-nep est très prisé dans l’entretien de l’appareil génital de la femme et très efficace contre les démangeaisons vaginales et les pertes blanches anormales. C'est un véritable allié de la femme.

Gongoli : la plante qui booste l’orgasme féminin

19 Oct 2020

Le Gongoli stimule le désir, la frigidité, remédie à la sécheresse vaginale. Il aide à lubrifier naturellement le vagin pendant le rapport sexuel et donne une bonne odeur aux sécrétions vaginales.

Interview du Dr Komlavi Gonçalves, Médecin généraliste sur l’ulcère

15 Oct 2021

« Lorsque vous avez l’ulcère, ne trainez pas. Il faut consulter un spécialiste. Un ulcère non traité, avec le temps peut déboucher sur un cancer de l’estomac. ».....

Jus de betterave pour éviter anémie et crise cardiaque

15 Oct 2021

Le jus de betterave est un remède puissant pour la santé cérébrale. Le cerveau a besoin de glucose comme énergie, ainsi que tous les autres nutriments si particuliers présents dans la betterave....